Histoire de la vigne (1/6) – Introduction

L’histoire de la vigne et du vin en France se présente en 6 partie et cet article est le premier.

La vigne à l’état sauvage existe depuis plus de 7000 ans. Elle prit ses racines en Orient.

Le cep portait alors le nom de Lambrusque.

Elle est exploitée et plantée de façon culturale pour être transformée en vin depuis deux millénaires, dans le bassin méditerranéen sous les influences successives phéniciennes, grecques et romaines.

Cultivée en Transcaucasie pour en consommer le raisin, la vigne atteignit l’Inde puis la Chine. Domestiquée par ses peuples antiques d’Asie Occidentale, elle s’épanouit par la suite, sur les rives de la Méditerranée.

En France, la vigne n’a cessé de progresser de la Méditerranée aux zones les plus septentrionales. Les cépages ont été essayés et croisés afin de s’adapter à leurs nouveaux climats. Notre premier vignoble s’implanta à Massalia (Marseille), six siècles avant Jésus-Christ.

La viticulture s’est beaucoup développée à l’époque gallo-romaine et au Moyen-âge. Elle se répand au Ier siècle dans la Vallée du Rhône, au IIème en Bourgogne et dans le Bordelais ; puis dans la Loire et jusqu’en Bretagne, au III ème siècle ; en Champagne et Moselle au IV ème siècle.

Dès le Moyen-âge, la vigne est cultivée pour faire du vin sur tout le territoire Franc ; de la Bretagne à l’Alsace, de Narbonne à Lille et dans tout le Bassin Parisien.
La viticulture du Moyen-âge produit essentiellement des vins blancs, car elle est septentrionale. Il existe aussi des vins dits Clairets, assez proches de nos rosés.

A la fin du Moyen-âge, aucun vin n’est qualifié de rouge; on se limite à la nuance vermeille.
La notion de Cru n’existant pas, c’est l’abondance ou la pénurie qui fait le prix. Les vins sont fragiles et destinés à être bus rapidement. La localisation des vignobles s’explique par la facilité qu’ils ont de trouver des acheteurs.
La vigne s’accroche sur les versants des fleuves et sur les buttes à la périphérie des villes.
Le vin fragile, doit circuler le moins possible et le plus délicatement possible. Sa culture est onéreuse et se retrouve dans les clos des Princes et de l’Eglise, qui en consomment beaucoup, pour eux et les serviteurs.
Même la médecine en utilise comme médicament et tonifiant.

Le vin est alors un produit de consommation courante au même titre que le carburant aujourd’hui. Il fait donc l’objet de lourdes Taxes. Au XIV ème et XV ème siècles, on assiste à abandon des vignobles bretons, normands et picards ; remplacés par les pommiers à cidre et le houblon.

L’histoire du vin et de la vigne est régulièrement abordée lors dégustations à Paris ou sur d’autres villes de France.