Histoire du vin (5/6) – Le 20ème siècle

Le XXème siècle

Jamais, jusque-là, les vignerons n’auraient pu croire que la production de vin serait excédentaire. Il fallait à tout prix accroître les rendements en favorisant les cépages médiocres afin de diminuer le prix de revient, donc de vente. En 1901, l’offre dépasse la demande de 10 millions d’hectolitres. On assiste à un effondrement des prix. En effet, les mauvais vins ne sont plus distillés car les betteraviers et céréaliers produisent des alcools bien moins chers que ceux issus du vin. Dans le même temps, les vins d’Algérie rentrent sur le marché, soit en consommation directe, soit pour venir se mélanger et rehausser les petits vins français.

Mais par chance, la France connaît encore des années climatiques dures qui régulent les excédents.
Le prix du vin de table est au plus bas, et la première grande crise éclate dans le Languedoc en 1907.

Et, ainsi, depuis un siècle, le monde du vin va de croissances en crises. Dans les deux premières décennies du XX ème siècle, les coopératives vinicoles voient le jour afin d’essayer de surmonter les difficultés. Le mouvement va s’accélérer jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Il allait falloir s’adapter à l’Europe nouvelle et à la société en pleine mutation.

Vous pouvez participer à un cours d’oenologie à Grenoble ou même un cours d’oenologie à Bordeaux avec Oenologie.fr si vous souhaitez en connaître davantage sur l’histoire de la vigne et du vin.